Article Actualités publié le 30 avril 2018

Demandeurs d’emploi en France : les chiffres du 1er trimestre 2018

Pour la première fois, Pôle emploi a rendu public des chiffres trimestriels et non mensuels concernant le nombre de demandeurs d’emploi inscrits auprès de ses services. Cette nouvelle règle fait suite aux débats de ces derniers mois sur la nécessité de rendre plus lisibles les données du chômage en France.

En effet les variations mensuelles pouvaient être source de confusion. La tendance par trimestre est moins sujette à des aléas conjoncturels (problème informatique, période de vacances avec moins d’inscriptions sur les listes, impact de l’actualité économique…). Un autre argument poussé notamment par la Commission sénatoriale qui avait planché sur cette question porte sur la concordance des publications entre Pôle emploi et l’Insee. En effet, l’Insee publie chaque trimestre le taux de chômage en France. Néanmoins, même si le rythme de publication est maintenant le même, un décalage entre les deux publications demeure : l’Insee ne publiera que fin mai ses données concernant le 1er trimestre 2018.

Rappelons par ailleurs que les deux données ne mesurent pas la même chose. Pôle Emploi comptabilise le nombre de personnes inscrites durant le trimestre qui s’achève (donnée administrative) alors que l’Insee calcule un taux de chômage sur la base d’une enquête réalisée auprès d’un échantillon de la population française (donnée statistique). Les notions de chômage ne sont pas tout à fait les mêmes, l’Insee se basant sur les critères du Bureau International du Travail (BIT) qui a une notion du chômage assez restrictive (ne pas travailler du tout, être disponible dans l’immédiat et rechercher activement un emploi).

Une baisse du nombre de demandeurs d’emploi toutes catégories confondues

 Au 1er trimestre 2018, 6 255 800 personnes étaient inscrites auprès de Pôle Emploi, soit 0,6 % de moins qu’au trimestre précédent mais 0,1 % de plus qu’au 1er trimestre 2017. La situation est assez disparate selon les catégories de demandeurs d’emploi.

  • 3 435 900 demandeurs d’emploi de catégorie A (sans aucun emploi). Ce chiffre, retenu la plupart du temps par les médias, est en baisse de 1 % sur un trimestre et de 1,4 % sur un an.
  • 2 185 100 personnes inscrites en catégorie B et C (demandeurs d’emploi exerçant une activité réduite). Ces catégories augmentent de 1,5 % sur un trimestre et de 8,02 % sur un an.

Ainsi, le nombre de demandeurs d’emploi tenus d’effectuer des recherches d’emploi stagne au 1er trimestre 2018 et augmente de 2,1 % par rapport au 1er trimestre 2017 (113 700 personnes en plus).

La baisse de la catégorie A concerne toutes les classes d’âge (-0,6 % sur un trimestre pour les moins de 25 ans et -0,6 % pour les 50 ans et plus). L’augmentation des catégories B et C touche plus fortement les seniors (+ 3 % sur un trimestre) que les jeunes de moins de 25 ans (+ 0,2 % sur un trimestre).

Les deux autres catégories (D et E) diminuent sur le trimestre mais aussi sur l’année. Elles regroupent des demandeurs d’emploi non tenus d’effectuer des recherches d’emploi, soit parce qu’ils sont en formation, en stage, en congé maladie ou congé maternité (catégorie D), soit parce qu’ils sont en emploi – contrat aidé ou créateur d’entreprise (catégorie E).

S’agissant du chômage de longue durée (demandeurs d’emploi inscrits depuis 1 an et plus), il continue d’augmenter mais moins fortement que les années précédentes. Au 1er trimestre 2018, 2 570 000 demandeurs d’emploi sont inscrits depuis un an et plus dans les catégories A, B et C. Soit 1,9 % de plus qu’au dernier trimestre 2017 et 6,5 % de plus qu’au 1er trimestre 2017.

Ces premiers chiffres encourageants de l’année 2018 viennent s’ajouter à la photographie plutôt optimiste du marché du travail en 2017 publiée par l’Insee le 18 avril dernier. Dans ce document, l’Insee confirmait une baisse du taux de chômage de 0,7 point en 2017 par rapport à 2016. Cette baisse concerne notamment pour la première fois le chômage de longue durée (-0,4 point en 2017 après 9 années de hausse continue).

Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !