Article Actualités publié le 27 avril 2017

Derniers chiffres de Pôle Emploi

Les derniers chiffres du quinquennat concernant le nombre d’inscrits à Pôle Emploi ont été publiés hier. La catégorie des demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) augmente, les autres catégories diminuent.

3 508 100 demandeurs d’emploi en catégorie A : il s’agit des personnes n’exerçant aucune activité et tenues d’effectuer des recherches d’emploi. Cette catégorie augmente de 1,3 % sur un mois (43 700 personnes en plus) et de 1,2 % sur 3 mois. Sur l’année, la tendance reste à la baisse : 31 900 demandeurs d’emploi en moins en mars 2017 par rapport à mars 2016.

L’analyse de la situation du chômage en France doit être complétée par les autres catégories de demandeurs d’emploi, notamment les catégories B et C qui regroupent des personnes exerçant une activité réduite mais toujours indemnisées au titre du chômage et tenues de poursuivre leurs recherches d’emploi. En mars 2017, chacune de ces catégories enregistre une baisse de 2,7 %. 1 915 100 personnes sont inscrites à Pôle Emploi dans ces deux catégories, soit 55 100 de moins qu’en février, mais 80 600 de plus qu’en mars 2016.

Au total, le nombre d’inscrits tenus de rechercher en emploi s’élève à 5 503 800 personnes en mars 2017  : en baisse de 0,2 % sur un mois mais en hausse de 0,9 % sur un an. 

Cette augmentation de la catégorie A concerne autant les jeunes que les seniors : +1 ,2 % chez les moins de 25 ans et +1,1 % chez les 50 ans et plus. Néanmoins pour les jeunes, la situation sur l’année écoulée est en nette amélioration avec une diminution de 5,8 % de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A. Pour les seniors, la situation reste critique avec une augmentation annuelle de 3,7 % de la catégorie A.

Augmentation du chômage et perspectives de recrutement

Il y a quelques jours, Pôle Emploi diffusait les résultats de son enquête BMO 2017 (Besoins en Main d’œuvre) qui fait état d’une augmentation du nombre de projets de recrutement pour l’année 2017 : 149 000 projets de recrutement en plus (augmentation de 8,2 % sur un an). Il s’agit bien entendu d’une tendance. L’enquête a été effectuée auprès de 1,6 M de structures (entreprises, écoles, hôpitaux, collectivités territoriales, entreprises agricoles) pour connaître leurs intentions de recrutement sur la base d’une liste de 200 métiers (normes Insee et code ROME de Pôle Emploi). Les métiers les plus recherchés se trouvent dans les secteurs de l’entretien, des services à domicile, de la restauration, de la santé (aide-soignante), de l’informatique mais aussi les profils de commerciaux.

Deux enseignements peuvent être tirés des résultats de cette enquête :

  • La situation de l’emploi semble s’améliorer, avec une reprise de confiance des recruteurs déjà mesurée en fin d’année dernière avec le nombre de déclarations d’embauche à la hausse.
  • Les difficultés de recrutement persistent sur de nombreux métiers : soit des métiers jugés difficiles et souffrant d’un déficit d’image (services à la personne, hôtellerie-restauration, entretien), soit des métiers mobilisant des compétences insuffisamment disponibles sur le marché du travail (secteur informatique et numérique, profils commerciaux).

Face à cette dichotomie entre compétences disponibles et compétences recherchées par les recruteurs, l’offre de formation initiale et continue doit être adaptée à l’évolution des besoins du marché du travail afin de favoriser l’accès à l’emploi tout au long de la vie.

Retrouvez l’évolution mensuelle des catégories A, B et C Région par Région dans la carte ci-dessous :

Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !