Article Actualités publié le 5 juin 2014

Les chiffres du chômage du 1er trimestre 2014 publiés par l’Insee

Les chiffres publiés par l’Insee le 4 juin font état d’une légère baisse du taux de chômage sur un an, en contradiction avec ceux rendus publics par Pôle Emploi fin mai. Quelles réalités mesurent ces différents indicateurs? Quelles conclusions en tirer?

A quelle réalité fait référence le taux de chômage mesuré par l’Insee ? Il mesure le rapport entre le nombre de chômeurs et la population active. Selon le Bureau International du Travail, est considérée comme chômeur toute personne qui n’a pas travaillé, même 1 heure, pendant la semaine de l’enquête, qui est disponible dans les 2 semaines pour prendre un emploi et qui a entrepris des démarches actives de recherche d’emploi.

Pour calculer ce taux, l’Insee interroge près de 108 000 personnes de 15 ans et plus sur leur situation au regard de l’emploi.

Chomage-Insee-1er-trimestre-2014---Actualites---05062014

Ainsi,  le taux de chômage au 1re trimestre 2014 atteint 9,7 % de la population active en France métropolitaine (10,1 % avec les territoires d’outre-mer). Ce chiffre est stable par rapport au dernier trimestre 2013 et en baisse de 0,2 points sur un an. Cela représente 2 779 000 chômeurs. Fin mars 2014, Pôle Emploi comptabilisait 3 349 300 demandeurs d’emploi de catégorie A (sans emploi et tenus d’effectuer des actes positifs de recherche d’emploi).

En complément, l’Insee mesure le « halo autour du chômage ». Il s’agit de personnes qui souhaitent travailler mais ne recherchent pas d’emploi ou qui recherchent un emploi mais ne sont pas disponibles dans l’immédiat. Cette réalité concerne 1,4 million de personnes au 1er trimestre 2014, soit 55 000 de plus qu’au dernier trimestre 2013 et 101 000 de plus en un an. L’Insee définit également un taux de sous-emploi qui recouvre deux types de situation : les personnes en chômage technique ou partiel et les personnes en temps partiel subi, c’est-à-dire qui souhaitent travailler davantage. Ainsi, 6,3 % des personnes en emploi sont en situation de sous-emploi, soit 1,6 million de personnes.

Le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans s’établissait à 22,9 % au 1er trimestre 2014, en augmentation de 0,2 point par rapport au dernier trimestre 2013 mais en diminution de 2 points sur un an. Ainsi, selon l’Insee 620 000 jeunes étaient au chômage fin mars 2014. Pôle Emploi comptabilisait 533 400 jeunes inscrits en catégorie A au mois de mars.

Des situations diverses au regard de l’emploi

Ces différentes nuances illustrent la diversité des situations au regard de l’emploi et la nécessité de prendre du recul par rapport aux chiffres qui constituent un indicateur essentiel mais non exhaustif. En effet, des personnes sans emploi ne sont pas comptabilisées par Pôle Emploi (soit parce qu’elles ont été radiées, soit parce qu’elles n’ont pas fait la démarche de s’inscrire), d’autres ne sont pas prises en compte par l’Insee car elles ont travaillé, ne serait-ce que quelques heures, ou ne sont pas en recherche active (cela peut être le cas d’une personne découragée, mais également d’un chômeur qui a un projet de création d’entreprise).

Une telle diversité appelle un accompagnement personnalisé des demandeurs d’emploi afin d’apporter les réponses adaptées à leur situation propre.

Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !