Article Actualités publié le 4 décembre 2014

L’Insee confirme la hausse du chômage en France

L’Insee a publié ce matin le taux de chômage en France au 3e trimestre 2014. Ce taux s’élève à 9,9 % en France métropolitaine et à 10,4 % en prenant en compte les territoires d’outre-mer.

L’Insee mesure le taux de chômage selon les critères définis par le Bureau International du Travail (BIT), à partir d’une enquête menée auprès d’un échantillon d’environ 110 000 personnes âgées au minimum de 15 ans. Est considérée comme chômeur, la personne qui n’a pas du tout travaillé au cours de la semaine de l’enquête, qui est disponible pour commencer un travail dans les deux semaines et qui a entrepris des démarches actives de recherche d’emploi depuis au moins un mois.

Chomage-Insee_actualites_04122014

L’OCDE mesure également le taux de chômage selon les critères du BIT. Cette organisation a publié des données similaires le 24 novembre dernier : taux de chômage de 9,9 % de la population active en France métropolitaine, 10,3 % avec les territoires d’outre-mer.

Différents indicateurs confirment la hausse du chômage

Le principal indicateur relayé par les médias est le taux de chômage, qui passe de 9,7 % au 2e trimestre à 9,9 % au 3e trimestre, soit 2,8 millions de personnes au chômage selon les critères du BIT. Ce taux est stable sur un an.

Toutes les catégories d’âge sont concernées par cette augmentation :

  • Le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans augmente d’un point : 23,7 % au 3e trimestre au lieu de 22,7 % au 2e trimestre.
  • Pour les personnes de 50 ans et plus, le taux de chômage s’établit à 6,7 % au 3e trimestre, au lieu de 6,5 % au 2e trimestre.

L’Insee mesure également le « halo autour du chômage ». Ce terme désigne les personnes qui ne sont pas considérées comme chômeur au sens du BIT, mais qui souhaitent néanmoins trouver un emploi (par exemple des chômeurs non disponibles dans les deux semaines ou qui n’ont pas effectué de démarche active de recherche d’emploi dans le mois). L’Insee comptabilise 1,4 million de personnes dans cette situation au 3e trimestre 2014, soit 40 000 de plus que le trimestre précédent et 70 000 de plus sur un an.

Une autre donnée ressort également de l’enquête menée par l’Insee : la part des personnes en situation de sous-emploi augmente pour atteindre 6,5 % des travailleurs, soit 1 661 000 personnes. Cette notion de sous-emploi désigne les situations de temps partiel subi ou de chômage partiel, des personnes qui ont un emploi mais souhaiteraient travailler davantage.

Ainsi, il est important de considérer l’ensemble de ces indicateurs pour avoir une perception la plus complète possible de la réalité mesurée par ces outils statistiques. 

Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !