Article Actualités publié le 22 février 2017

Taux de chômage 2016 selon Insee

Le 16 février dernier, l’Insee a publié les résultats de son enquête emploi du dernier trimestre 2016, ce qui permet d’avoir une vision de l’évolution annuelle de ces indicateurs sur l’année 2016. Ces données viennent en complément de celles communiquées par Pôle Emploi fin janvier.

En effet, l’Insee établit cette enquête emploi chaque trimestre selon les critères du Bureau International du Travail, alors que Pôle Emploi comptabilise le nombre de personnes inscrites sur ses listes.

Selon l’Insee, le taux de chômage en France métropolitaine s’établit à 9,7 % de la population active au 4e trimestre 2016 (10 % avec les territoires d’outre-mer), ce qui représente 2 783 000 personnes. Ce taux est en baisse de 0,1 point par rapport au 3e trimestre 2016 et de 0,2 point sur un an. Cette baisse concerne essentiellement les jeunes de moins de 25 ans (-0,7 point sur un an). Les personnes au chômage de longue durée représentent 4,2 % de la population active, soit une baisse de 0,1 point sur un an.

Ce taux de chômage s’appuie sur une appréciation assez stricte de la notion de chômeur : une personne qui n’a pas du tout travaillé (même pas une heure) au cours de la semaine de l’enquête, qui est disponible immédiatement pour reprendre un travail et qui a effectué des démarches actives de recherche d’emploi dans le mois précédent.

En complément, l’Insee fournit un autre indicateur, « le halo autour du chômage »  : il s’agit de personnes inactives, non considérées comme chômeurs selon les critères ci-dessus, mais qui souhaiteraient travailler. 1,5 M de personnes entrent dans cette catégorie fin 2016, soit 21 000 de plus que le trimestre précédent et 65 000 de plus en un an.

Le taux de sous-emploi doit également être considéré, il s’agit des personnes à temps partiel qui souhaiteraient travailler à temps plein ou des personnes en chômage partiel. Fin 2016, 6,2 % des personnes en emploi sont dans cette situation. Cette donnée connaît une baisse par rapport au trimestre précédent et sur l’année (-0,4 point sur un an).

Quels indicateurs considérer ?

L’existence de ces deux sources de mesure du chômage peut générer de la confusion, notamment du fait que les publications sont décalées. La commission d’enquête du Sénat sur les chiffres du chômage en France préconisait une communication commune chaque mois afin de faciliter la lecture complémentaire de ces chiffres, ce qui suppose une publication mensuelle et non plus trimestrielle des statistiques de l’Insee.

Afin d’avoir une vision la plus juste possible de la situation du chômage en France, il est important de regarder l’ensemble de ces indicateurs : les données statistiques fournies par l’Insee chaque trimestre et les données administratives publiées mensuellement par Pôle Emploi. Les variations de chiffres s’expliquent tout simplement par le fait que ces données ne mesurent pas tout à fait les mêmes situations. Néanmoins, l’évolution annuelle de ces différentes données illustrent bien une tendance à la baisse du chômage, confortée par les récentes informations sur la reprise de la création d’emplois ou les prévisions de recrutement sur 2017.

 

Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !