Article Actualités publié le 28 août 2014

Toujours plus d’inscrits à Pôle Emploi

Les informations transmises par le ministère du Travail mercredi concernant le nombre d’inscrits à Pôle Emploi en juillet n’étonnent personne. Quelques précisions sur ces chiffres et ce qu’ils illustrent.

L’ensemble des médias s’accordent sur le constat d’un 9e mois de hausse consécutive, sans pour autant présenter les mêmes chiffres dans leurs titres. Ces différences s’expliquent facilement. Certains supports illustrent cette réalité en utilisant uniquement les données de la France métropolitaine, d’autres englobent les territoires d’outre-mer. De plus, alors que certains journalistes traitent essentiellement des inscrits en catégorie A, d’autres prennent en compte les catégories B et C, mais finalement peu les catégories D et E.

Voici une synthèse de l’ensemble des données concernant la France métropolitaine. Afin de bien rendre compte de la réalité, il est important de considérer toutes les catégories inscrites à Pôle Emploi.

 Chiffres-chomage-juillet_actualites_28082014

Le nombre total de personnes enregistrées à Pôle Emploi en juillet 2014 s’élève à 5 747 300, en hausse de 5,3 % sur un an. Il regroupe :

  • 3 424 400 personnes en catégorie A (aucune activité durant le mois), +4,3 % sur un an
  • 1 659 400 personnes en catégories B et C (activité réduite durant le mois),  + 6,3 % sur un an
  • Soit, au total, 5 083 800 personnes tenues d’effectuer des actes positifs de recherche d’emploi, + 5 % sur un an
  • 268 500 demandeurs d’emploi en catégorie D : ces demandeurs d’emploi ne sont pas tenus de réaliser des actes positifs de recherche d’emploi car ils sont en stage, en formation ou en arrêt maladie,  +2,1 % sur un an
  • 395 000 demandeurs d’emploi en catégorie E  : personnes inscrites à Pôle Emploi mais considérées en emploi comme les bénéficiaires de contrats aidés ou les créateurs d’entreprise, +11,5 % sur un an

Quels enseignements retenir ?

Toutes les personnes au chômage ne sont pas inscrites à Pôle Emploi. Elles concernent des publics en grande précarité qui n’effectuent pas ces démarches (le nombre de bénéficiaires du RSA inscrits à Pôle Emploi – 922 100 – est inférieur au nombre réel d’allocataires RSA en France), des personnes qui sont arrivées en fin de droit ou qui ont été radiées des listes de Pôle Emploi.

Regardons de plus près les informations données quant aux motifs de sortie de Pôle Emploi. En juillet 2014, 461 200 personnes inscrites en catégories A, B ou C sont sorties de Pôle Emploi :

  • 18,6 % pour une reprise d’emploi déclarée (motif en baisse de 8,5 % sur un an)
  • 9,5 % pour une entrée en stage (en augmentation de 23,7 % sur un an)
  • 7,6 % pour arrêt de recherche de fait d’une maternité, d’un départ en retraite ou de maladie (+ 2,9 % sur un an)
  • 43,1 % pour défaut d’actualisation (-2 % sur un an)
  • 10,8 % pour radiation administrative (+4 % sur un an)
  • 10,3 % pour d’autres motifs non précisés

S’agissant des défauts d’actualisation, il s’avère que certains se réinscrivent le mois suivant, d’autres ont volontairement arrêté leur inscription, d’autres encore ont repris un emploi (il n’y a pas d’obligation de déclarer à Pôle Emploi le retour à l’emploi). Ainsi, persiste une zone de flou importante sur le devenir des personnes qui sortent des statistiques de Pôle Emploi.

Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !