Article Actualités publié le 20 mai 2016

Un taux de chômage stable début 2016 selon l’Insee

Chaque trimestre, l’Insee mesure le taux de chômage (selon les normes du Bureau International du Travail) complété par d’autres indicateurs sur le marché du travail. Les données publiées hier concernent le 1er trimestre 2016 avec un taux de chômage à 9,9 % en France métropolitaine.

Selon l’Insee, la situation est stable par rapport au dernier trimestre 2015. La France métropolitaine compte 2,8 millions de chômeurs, dont 657 000 jeunes de 15 à 24 ans (catégorie en augmentation de 0,3 point). 1,2 million, soit près de la moitié, sont au chômage depuis au moins un an.  Deux autres indicateurs viennent compléter ces chiffres :

  • Le halo autour du chômage qui comptabilise les personnes non considérées comme chômeurs mais qui sont pourtant sans emploi et souhaiteraient travailler (mais elles ne sont pas disponibles dans les 15 jours, ou n’ont pas effectué de démarches au cours du dernier mois).  Cela concerne 1,4 M de personnes au 1er trimestre 2016, soit 39 000 de plus que fin 2015.
  • Le sous-emploi qui désigne les personnes qui travaillent moins que souhaité (temps partiel subi ou chômage technique). Cette situation concerne 6,4 % des personnes en emploi, soit 1,67 M de Français. 

Au total, il s’agit bien de 5,87 M de personnes qui sont sans emploi et souhaiteraient travailler ou qui sont sous-employées.

Pourquoi de telles différences entre l’Insee et Pôle Emploi ?

Ces publications relancent régulièrement le débat sur les différences entre les données transmises mensuellement par Pôle Emploi et celles publiées trimestriellement par l’Insee. Qui faut-il croire ? Il est indispensable de considérer l’ensemble des indicateurs pour avoir une vision plus complète de la réalité complexe du chômage. L’Insee procède par une enquête auprès d’un échantillon représentatif de 110 000 personnes, alors que Pôle Emploi recense le nombre de personnes inscrites auprès de ses services.

De plus les indicateurs ne mesurent pas tout à fait la même chose :

  • Est considérée comme chômeur par l’Insee (qui se réfère aux critères définis par le Bureau International du Travail) une personne sans emploi, qui a effectué une démarche active de recherche d’emploi dans les 4 semaines précédentes et prête à travailler dans les 2 semaines à venir. Ainsi, une personne qui a travaillé ne serait-ce qu’une heure au cours de la semaine de l’enquête est considérée comme « en emploi ».
  • Pôle Emploi distingue les demandeurs d’emploi en fonction de différents critères et les classent en  5 catégories. Les catégories A, B et C regroupent les demandeurs d’emploi tenus d’effectuer des recherches d’emploi, ils peuvent être sans aucun emploi ou exercer une activité réduite. Les demandeurs d’emploi inscrits en catégories D et E ne sont pas tenus d’effectuer des recherches d’emploi (personnes non disponibles car en formation, en congé maternité, en arrêt maladie, bénéficiaires de contrat aidé ou créateurs d’entreprise).
Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !