Article Actualités publié le 10 mars 2014

Où l’on reparle des Maisons de l’Emploi et de la Formation

Chaque année, à l’occasion du projet de loi de finances, un débat agite le Parlement au sujet des maisons de l’emploi et de la formation. Faut-il maintenir la dotation de l’Etat ou la diminuer ? Faut-il supprimer ces structures ?

Ce débat est ressorti au moment des élections municipales.

Les maisons de l’emploi et de la formation ont été créées en 2005. Leur mission était d’être en quelque sorte un guichet unique pour faire le lien entre les Assédics (fonction d’indemnisation du chômeur) et l’ANPE (fonction d’accompagnement et de retour à l’emploi). Or en 2009, les Assédics et l’ANPE fusionnent dans Pôle Emploi, le guichet unique est de facto créé. Pourquoi à cette occasion, les maisons de l’emploi et de la formation n’ont-elles pas été fusionnées avec les agences Pôle Emploi ?

Maisons emploi et formation-Actus-10032014

Aujourd’hui, la France dénombre 188 maisons de l’emploi placées sous la responsabilité des élus locaux (contrairement à Pôle Emploi) et financées en grande partie par l’Etat. Cette dotation de l’Etat est passée de 52 M€ en 2013 à 26 M€ en 2014.

A l’approche des élections municipales, les maires ont souvent le souci de prouver leur engagement pour la préservation des services publics sur leur territoire. Il en va ainsi du maintien des maisons de l’emploi et de la formation, avec un courrier signé à l’automne par 25 maires de grandes villes qui refait surface à 3 semaines du 1er tour des municipales.

Sur ce débat, une approche plus pragmatique ne peut-elle pas voir le jour ? Quelle est la complémentarité entre ces maisons de l’emploi et de la formation, les agences Pôle Emploi et les missions locales ? A-t-on intérêt à maintenir ces structures ou plutôt à renforcer les équipes de Pôle Emploi ? La vie du demandeur d’emploi est-elle vraiment facilitée en multipliant les différents interlocuteurs ? Le choix du maintien ou non ne dépend-il pas plus d’une évaluation territoriale plutôt que d’une décision globale prise au niveau de l’Etat ?

Sur ce sujet précis, il semble que les prises de position publiques répondent plus à un positionnement politique et à un intérêt électoral qu’à une réflexion de fond sur l’organisation du Service Public de l’Emploi et son efficacité.

Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !