Article Actualités publié le 4 décembre 2014

Le déploiement de la Garantie Jeunes s’accélère

Le 1er décembre, le ministre du Travail, François Rebsamen, a annoncé l’extension de la mise en place de la Garantie Jeunes à 61 nouveaux territoires en 2015, en complément des 10 territoires qui expérimentent ce dispositif depuis novembre 2013.

La Garantie Jeunes est un dispositif d’accompagnement renforcé vers l’emploi qui s’adresse aux jeunes en grande difficulté économique et sociale. Ce nouveau dispositif est expérimenté depuis fin 2013 dans 10 territoires. Il cible des jeunes âgés de 18 à 25 ans, qui ne sont ni en emploi, ni en étude, ni en formation (les NEET) et qui connaissent une situation de précarité, faute de ressources financières propres et en l’absence de solidarité familiale.

Garantie-Jeunes_actualites_04122014

Le principe repose sur le versement d’une aide financière de 433 euros par mois en complément d’un accompagnement renforcé vers l’emploi. Le jeune bénéficiaire s’engage volontairement à suivre cet accompagnement : se rendre aux rendez-vous avec son conseiller, participer aux ateliers, accepter les offres de stage ou d’immersion en entreprise. L’accompagnement se compose d’une première phase intensive de 6 semaines en ateliers collectifs, puis d’un suivi personnalisé sur l’année avec des passages en entreprise (immersions, stages…) et qui englobe les questions de mobilité, de logement et de santé.

Ce dispositif vise à apporter une réponse au constat de la paupérisation de la jeunesse. En effet, de nombreux jeunes de moins de 25 ans se retrouvent dans une situation de précarité et sans pouvoir bénéficier de minima sociaux (le RSA jeunes ne s’adresse qu’à des jeunes ayant déjà exercé une activité professionnelle).

La mise en place de cette Garantie Jeunes repose sur une forte implication des missions locales. Elles sont en charge du suivi renforcé du jeune, de la relation avec les entreprises pour qu’elles accueillent des jeunes en immersion et qu’elles recrutent et du suivi dans l’emploi du jeune embauché. C’est pourquoi, des crédits complémentaires ont été budgétés pour les missions locales afin qu’elles puissent dégager du temps dédié à la mise en œuvre de ce suivi renforcé (1 600 € par jeune suivi dans le cadre de la Garantie Jeunes).

Un déploiement accéléré avant mesure d’impact

Lorsque l’expérimentation a été lancée fin 2013, le Gouvernement évoquait une montée en charge progressive avec une généralisation envisagée en 2016 après évaluation de la première phase. Cette évaluation doit permettre  d’estimer le nombre de jeunes potentiellement éligibles (via une plateforme remplie par les différentes structures en lien avec jeunes en situation de précarité), de repérer les bonnes pratiques en termes d’accompagnement et de mesurer l’impact du dispositif sur le parcours personnel et professionnel du jeune et sur ses conditions de vie (via une enquête statistique).  

Fin 2013, 10 territoires se sont lancés dans l’expérimentation. A l’origine, le Gouvernement prévoyait d’étendre le dispositif à 10 nouveaux territoires en janvier 2015, ce seront finalement 61 nouveaux territoires dès la fin du premier trimestre 2015. L’objectif affiché s’élève à 50 000 jeunes bénéficiaires à la fin de l’année prochaine et 100 000 en 2017.

La Garantie Jeunes se déploie donc beaucoup plus rapidement que prévu, notamment grâce à l’arrivée de fonds européens. En effet, ce dispositif s’inscrit dans le cadre du programme européen Initiative pour l’emploi des jeunes.  Ainsi, le ministère du Travail et de l’Emploi a budgété 164 M€ pour financer ce dispositif en 2015, dont 31 M€ qui proviendront de fonds européens.

Il est regrettable qu’aucune information sur l’évaluation de ce dispositif ne soit accessible sur les différents sites gouvernementaux qui présentent la Garantie Jeunes et son déploiement.

Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !