Article Actualités publié le 18 février 2015

Pôle Emploi horizon 2020

Le 11 février dernier, Pôle Emploi présentait sa stratégie à horizon 2020 intitulée « Ensemble, innovons pour l’emploi ». Un document qui reprend les axes et objectifs définis dans le cadre de la convention signée avec l’Etat et l’Unédic pour les 3 prochaines années.

Cette stratégie s’articule autour de 5 axes :

  • Accélérer le parcours vers l’emploi : aujourd’hui l’accompagnement démarre trop tardivement (délai moyen de 4 mois après l’inscription). Ainsi, les aspects administratifs de l’inscription devraient être traités en amont du premier entretien et via Internet à partir de 2016. Alors que la convention tripartite fixe comme objectif que l’accompagnement démarre au plus tard 4 semaines après l’inscription, Pôle Emploi a rallongé ce délai à 2 mois dans son plan stratégique.  Aucun indicateur n’est prévu pour évaluer cette mesure, dont la réussite reposera notamment sur  le développement de l’outil Internet permettant de réaliser son inscription et de calculer ses droits au chômage en ligne.
  • Mieux accompagner les transitions professionnelles : cet axe s’inscrit dans la continuité du précédent, l’amélioration du diagnostic au moment de la prise en charge devrait permettre de proposer un accompagnement adapté à la situation de la personne, en lien avec la réalité du marché du travail. Néanmoins, la question de l’accès à la formation reste en suspens, du fait du manque de lisibilité sur la mise en œuvre du Compte Personnel de Formation pour des chômeurs qui n’ont pu cumuler de droit à formation.

pole-emploi-horizon-2020-18022015

  • Améliorer les relations avec les entreprises : avec notamment la mise en place de 3 000 à 4 000 conseillers dédiés à la relation avec les entreprises sur l’ensemble du territoire. Pôle Emploi précise bien que la réussite de ce dispositif suppose une coopération étroite entre ces conseillers et ceux qui accompagnent les demandeurs d’emploi. Par contre, aucun indicateur de suivi n’est prévu sur la mise en place de ces équipes dédiées.
  • Poursuivre l’innovation digitale : l’objectif de Pôle Emploi est de proposer de nouveaux services via le numérique, avec l’ouverture d’un Emploi store en juin 2015, qui proposerait notamment des Mooc (formation à distance), des serious game, des simulations d’entretien en ligne. Il est difficile de trouver plus de détail à ce stade. Pôle Emploi veut sûrement garder le suspens pour la prochaine opération de communication qui sera réalisée à l’occasion de la sortie de l’Emploi store.
  • Simplifier la vie des demandeurs d’emploi et des entreprises : derrière cet axe se retrouvent les différents outils numériques, mais aussi des enjeux organisationnels et des attentes en termes d’accueil, de personnalisation de la relation et de rapidité. 

Pôle Emploi réaffirme sa position de bras armé de la politique de l’emploi

La présentation de ce plan stratégique a été l’occasion pour Jean Bassères, Directeur général de Pôle Emploi, de rappeler son refus de toute expérimentation visant à confier aux Conseils régionaux un rôle de coordination des différents acteurs du service public de l’emploi. Jean Bassères fait ici référence aux débats en cours au Parlement dans le cadre du projet de loi NOTRe, autour des compétences des Régions dans le domaine de l’emploi. Face à la situation du chômage et au nombre d’acteurs intervenant dans ce champ, des parlementaires estiment judicieux de plus impliquer les Régions, en lien avec leurs compétences en matière d’orientation et de formation professionnelle et de développement économique. Cette question va être examinée dans les prochains jours en séance publique à l’Assemblée nationale.

La cartographie des acteurs de l’emploi, établie par Pôle Emploi lui-même, illustre la complexité du paysage de l’emploi et l’urgence de permettre une réelle coordination des actions menées par ces différentes structures sur un même territoire. Pour Pôle Emploi, la solution repose sur des partenariats et conventions signés avec les autres acteurs. Ces accords sont négociés au niveau national, leur mise en œuvre concrète sur les territoires repose sur la capacité et l’envie des structures de travailler ensemble. Aucun indicateur de suivi n’est prévu pour mesurer la mise en place de ces partenariats dans les territoires. Or, le rapport d’évaluation de la précédente convention réalisé par l’Inspection Générale des Finances et l’Inspection Générale des Affaires Sociales soulignait la difficulté de déploiement de ces partenariats dans les territoires et la nécessité d’évaluer et de faire remonter les bonnes pratiques pour faciliter leur mise en œuvre.

La diffusion et l’accès aux offres d’emploi

Pôle Emploi entend devenir l’agrégateur principal des offres d’emploi disponibles sur Internet. Pour cela, il signe régulièrement des partenariats pour diffuser les offres réceptionnées par d’autres acteurs.

Ainsi, les médias se font régulièrement l’écho de cette drôle de bataille à laquelle se livrent Pôle Emploi et d’autres acteurs pour être considéré comme le premier et meilleur site d’offres d’emploi, avec notamment le boncoin.fr qui semble bien positionné.

Dans ce contexte, la question de l’ouverture des données de l’emploi au grand public est intéressante, elle devrait pouvoir faire l’objet d’un débat. Alain Assouline, Président des Argonautes et Nicolas Chagny, directeur général des Argonautes ont récemment publié une tribune intitulée « le marché de l’emploi doit bénéficier de l’open data ».

Ils estiment que les offres d’emploi devraient être mises à disposition de tous, mais aussi les référentiels métiers, catalogues de formation et bases de données sur les compétences. 

Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !