Article Actualités publié le 1 août 2014

Des députés stagiaires en entreprise

L’association d’entrepreneurs Entreprise et Progrès propose aux parlementaires de passer une semaine en entreprise afin de mieux percevoir la réalité du monde du travail.

Ces stages ont vocation à faciliter la rencontre de deux mondes qui se côtoient sans toujours bien se connaître. Avec le programme « Moi parlementaire, une semaine dans les pas d’un PDG », un député et un chef d’entreprise travaillent de concert pendant quelques jours. Pour le député, il s’agit de se plonger au cœur de la vie d’une entreprise, de mieux appréhender l’environnement dans lequel elle s’inscrit et de voir concrètement la mise en œuvre des normes. Pour le chef d’entreprise, ce stage constitue l’occasion d’échanger avec un élu sur son rôle, les différentes facettes de son mandat, au-delà de l’image parfois stéréotypée que chacun peut avoir.

Cette initiative constitue une réponse à la nécessité de renforcer les liens entre les parlementaires et le monde du travail. Plus généralement, il serait intéressant de proposer également des stages au sein des écoles, des établissements de santé, des administrations, des exploitations agricoles, des associations… En effet, ces immersions viennent en complément de la connaissance que les élus ont du tissu socio-économique, via notamment les liens qu’ils tissent sur leur territoire d’élection ou leur parcours professionnel.

Dans la même veine, la chaîne parlementaire LCP-AN propose chaque mois l’émission  « J’aimerais vous y voir ». Pendant une journée, un parlementaire se met dans la peau de l’un de ses administrés, pour vivre une expérience très concrète de la réalité du monde du travail. Par exemple, Véronique Massoneau, député de la Vienne, a vécu le quotidien d’une conseillère de Pôle Emploi.
J’aimerais vous y voir… : Véronique Massonneau… par LCP

Les députés connaissent-ils l’entreprise ?

Olivier Costa et Anne-Sophie Behm du Centre de recherche Emile Durkheim de Sciences po Bordeaux ont publié une étude en décembre 2013 intitulée « les députés connaissent-ils l’entreprise ? ». Ils indiquent qu’il est difficile d’avoir un regard précis sur la vie professionnelle des députés, car l’Assemblée nationale dispose de peu d’information sur le sujet. Il ressort néanmoins que l’Assemblée nationale est majoritairement composée de fonctionnaires, de professions libérales, d’enseignants et de cadres. Les chefs d’entreprise, employés et agriculteurs sont faiblement représentés. Pour ces derniers, les risques liés au fait de laisser son travail pour se consacrer à un mandat politique sont plus importants.

Il ne s’agit pas d’attendre du Parlement une représentation en miroir de la société. En effet, les députés sont censés agir au nom de l’intérêt général et non pour défendre des intérêts particuliers. Néanmoins, vu le nombre de normes qui régulent l’activité économique (lois, décrets, fiscalité), il est intéressant de proposer aux parlementaires ce type d’expérience pratique. Le député Jean-Charles Taugourdeau a déposé en juillet un texte visant à rendre obligatoire le stage en entreprise pour chaque député en début de mandat. Et pourquoi ne pas élargir cette possibilité aux fonctionnaires en charge de la rédaction des textes réglementaires ?  

Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !