Lancée en 2005 à Chalon-sur-Saône à l’initiative de Schneider Electric, l’association 100 Chances 100 Emplois est aujourd’hui présente sur une vingtaine de bassins d’emploi pour aider de jeunes adultes résidant dans des quartiers sensibles à accéder à l’emploi.

Le dispositif repose sur le travail conjoint d’acteurs du service public de l’emploi et d’entreprises sur un territoire donné. Le repérage des jeunes est effectué par une mission locale ou un pôle emploi en lien avec différentes structures présentes sur le terrain. Puis les jeunes sélectionnés participent à un module de coaching géré par un professionnel partenaire. Durant cette semaine, ils affinent leur projet professionnel, s’approprient le vocabulaire et l’environnement du métier qu’ils souhaitent exercer, se préparent à passer des entretiens. A l’issue de ce module de 4 jours, chaque jeune présente son projet devant une vingtaine d’entreprises qui proposent différentes offres facilitant l’insertion professionnelle : visite d’entreprise, parrainage, stage ou alternance, évaluation en milieu professionnel, emploi (intérim, CDD, CDI).

Sur chaque bassin d’emploi où l’association est présente, elle s’appuie sur un binôme service public de l’emploi et entreprise pilote. Il s’agit bien de favoriser le développement économique local en facilitant l’insertion professionnelle de jeunes tout en répondant aux besoins d’entreprises. La majorité des jeunes accompagnés ont entre 18 et 30 ans et sont peu diplômés. Ils ont défini un projet professionnel et souhaitent intégrer une entreprise.

Un accompagnement personnalisé qui s’appuie sur le projet professionnel du jeune

Chaque année, environ 50 jeunes intègrent le dispositif dans chacun des 20 bassins d’emploi, répartis en 4/5 sessions d’une douzaine de jeunes. L’accompagnement est personnalisé, il vise à responsabiliser le jeune, qu’il soit acteur de son insertion professionnelle. Le coût est d’environ 20 000 € par an par bassin d’emploi. 100 Chances 100 Emplois bénéficie du soutien de l’Acsé (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances), du ministère du travail (via la Direccte) et des collectivités locales des lieux où ils sont implantés. Ce dispositif est souple et peu coûteux car les frais de structure sont légers. En effet, le module de coaching a lieu, soit dans les locaux du professionnel partenaire, soit dans des locaux mis à disposition par une collectivité. Les entreprises partenaires s’engagent bénévolement.

Au 30 juillet 2014, 2 814 jeunes sont entrés sur le dispositif, 1 658 jeunes sont en sortie positive (ce qui représente 74 % de sorties positives).  Ces sorties se répartissent ainsi : 32 % en formation ou en alternance, 23 % en CDI et 45 % en CDD ou Intérim de plus de 6 mois.

Autre initiatives à découvrir

«Relancer dans la vie active de jeunes adultes en panne.»
Augustin Meaudre, Directeur de Genèses
«Lutter contre l’exclusion par l’informatique.»
Idriss Bennani, Co-fondateur de Rézo Social