Article Actualités publié le 10 mai 2016

Regards d’étudiants sur l’insertion professionnelle

Les étudiants en 1re année master RH de l’ESDES se sont penchés sur la question de l’insertion professionnelle des personnes éloignées de l’emploi dans le cadre d’un Défi RH. Un travail riche d’enseignements pour eux, mais aussi pour les équipes du dispositif P.E.R.L.E sur lequel ils ont basé leur étude.

Evolem Citoyen est partenaire de l’ESDES sur la mise en place de ce projet pédagogique, voici une synthèse des travaux remis par les étudiants.

Les étudiants ont été questionnés autour deux enjeux :

  • Au niveau du recrutement : comment dépasser les représentations que les entreprises peuvent avoir de ce public ? Quel accueil ? Quelle préparation des équipes ?
  • Au niveau du maintien dans l’emploi : quels outils mettre en place ? Quel accompagnement du salarié ?

Durant 3 jours, ils ont enquêté auprès des Conseillers en insertion professionnelle (CIP) du dispositif P.E.R.L.E ainsi que d’entreprises partenaires, mais aussi d’autres entreprises. Ils devaient mobiliser les enseignements et outils acquis pendant leur année universitaire pour construire leurs préconisations.

Toute la difficulté résidait dans l’appropriation rapide d’un dispositif qu’ils ne connaissaient pas et plus généralement du « monde » de l’insertion professionnelle. Le dispositif P.E.R.L.E s’adresse à des personnes résidant dans des centres d’hébergement. Ces personnes sont accompagnées vers et dans l’emploi dit ordinaire, c’est-à-dire qu’elles ne passent pas par le secteur de l’Insertion par l’Activité Economique (IAE).

Une bonne analyse du contexte

Les étudiants ont rapidement saisi les freins liés à la représentation que les entreprises ont des personnes éloignées de l’emploi :

  • Une crainte concernant le comportement : le salarié respectera-t-il les horaires, sera-t-il suffisamment compétent et performant ? Ne risque-t-il pas de faire preuve d’instabilité ? Sera-t-il vraiment réadapté au monde de l’entreprise, au travail en équipe, au respect de la hiérarchie ?
  • Les recruteurs craignent également des lourdeurs dans le processus d’intégration de ces personnes : du fait de l’implication de différents interlocuteurs, du manque de réactivité du service public de l’emploi sur la mise en place de contrats aidés, de l’absence de contact dédié au sein des structures d’insertion pour faciliter le suivi du salarié, du manque de ressource en interne pour prendre le temps d’accueillir et de manager.

Ces freins sont contrebalancés par les effets positifs ressentis et/ou vécus par les entreprises : un impact sur la cohésion d’équipe autour de valeurs d’entreprise, la fidélité du salarié qui retrouve une place dans le monde du travail, la mise en place de nouveaux processus de recrutement qui répondent aux besoins de l’entreprise.

Un axe fort autour de la sensibilisation

Une grande partie des préconisations des étudiants portent sur une plus grande valorisation de ces publics et sensibilisation des entreprises. En écho à leur propre découverte de cette réalité, ils ont ressenti cette nécessité de mieux informer les entreprises sur les diverses réalités qui se cachent derrière le terme « insertion professionnelle ». Une réalité bien souvent éloignée des représentations que la plupart des jeunes avaient avant de réaliser ce travail.

Esdes-defi-RH_actualites_10052016

Cette sensibilisation pourrait s’effectuer par des événements favorisant la rencontre entre entreprises et acteurs de l’insertion : conférences, visites, témoignages, tables-rondes mais aussi job-dating. La sensibilisation passe également par le travail de terrain effectué par les CIP qui vont à la rencontre des entreprises, des dirigeants et des managers afin de mieux identifier leurs besoins en termes de recrutement, comprendre leur fonctionnement et proposer en réponse des profils de candidats adaptés. Un guide de bonnes pratiques pourrait être réalisé à destination des managers : comment accueillir, quel accompagnement, quelles relations avec la structure d’insertion…

Les étudiants ont également proposé la mise en place d’outils RH : un guide d’accueil pour les salariés (présentant le fonctionnement de l’entreprise mais aussi ses valeurs et sa culture), un dispositif de parrainage entre salariés (un plus ancien parraine un nouveau). L’accent a également été mis sur l’entretien d’évaluation qui doit constituer un véritable outil de bilan et de progression, dans et hors de l’entreprise, dans une perspective d’insertion professionnelle durable.

Une expérience enrichissante

L’objectif de ce Défi RH est d’ouvrir le regard des étudiants sur des réalités sociales qu’ils n’abordent pas forcément dans le cadre de leur cursus classique. A l’issue de ce travail, Evolem Citoyen leur a adressé un questionnaire afin de recueillir leurs impressions sur 3 points :

  • Du point de vue de leur perception du public éloigné de l’emploi  : ce travail a fait évoluer leur propre perception, de mieux appréhender les réalités humaines diverses derrière ce terme, de découvrir des dispositifs et acteurs et de comprendre les freins liés aux stéréotypes et aux idées reçues.
  • Concernant l’apport méthodologique : les étudiants ont apprécié de travailler en équipe sur un temps court. Ce Défi RH leur a permis de tester de nouvelles méthodes d’organisation et de partage des tâches. L’aspect enquête terrain, les échanges avec des professionnels et le caractère très concret du sujet constituent également des points très positifs.
  • Du point de vue personnel  : ils font état d’un enrichissement au contact de cette problématique. Ce travail leur a ouvert l’esprit et ils comptent tous s’appuyer sur cette expérience lorsqu’ils seront confrontés à des questions de recrutement dans leur vie professionnelle.

Les équipes du dispositif P.E.R.L.E ont souligné l’implication des étudiants dans cette étude et la richesse de leurs propositions. La participation à un tel travail pédagogique leur a permis de prendre de la hauteur et de réfléchir sur leurs propres pratiques en termes d’accompagnement dans l’emploi.

 

Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !