Article Actualités publié le 16 septembre 2015

Les canaux d’accès à l’emploi

Une publication récente du Centre d’études pour l’emploi, basée sur l’enquête Emploi réalisée par l’Insee sur les années 2003-2012, souligne l’impact limité des annonces en termes d’accès à l’emploi. Elles constituent le principal canal d’information sur les emplois disponibles et pourtant représentent un canal de recrutement étroit.

Selon cette étude, près de 8 chercheurs d’emploi sur 10 consultent les annonces d’offre d’emploi. Mais près d’une personne sur deux n’y répond pas. In fine, moins de 7 % des personnes interrogées indiquent avoir trouvé leur emploi par ce biais

Les autres canaux d’accès à l’emploi sont :

  • Les candidatures spontanées et le réseau qui représentent les 2/3
  • Le service public de l’emploi : 10 %
  • Les écoles : entre 3 et 5 %
  • Les cabinets de recrutement : 2 %

Les chercheurs du Centre d’études pour l’emploi (CEE) avancent trois explications pour justifier ce décalage entre consultation, réponse et accès. Une partie des chercheurs d’emploi ne répondent pas aux annonces car ils ne sont pas à l’aise avec l’écrit ou avec l’outil informatique, c’est le cas notamment de personnes d’origine étrangère, de personnes peu qualifiées et des seniors. Par ailleurs, les critères en termes de diplôme et d’expérience indiquées dans les annonces poussent de nombreuses personnes à l’autocensure. Enfin, s’agissant de l’accès en tant que tel, les recruteurs opèrent un tri assez sélectif dans les candidatures principalement selon le critère du diplôme.

 Les enseignements à tirer de cette étude

Cette étude met en lumière l’inégalité d’accès à l’information sur les opportunités d’emploi. Elle constitue également un signal d’alerte vis-à-vis de la tendance à passer au tout numérique dans le domaine de la recherche d’emploi. Certains chercheurs d’emploi ne sont pas en capacité de remplir un dossier de candidature sur Internet, il est donc important de conserver des modalités de candidature adaptées à tous, eu égard aux postes ciblés et de favoriser les intermédiations vers l’emploi.

Elle pose aussi la question des critères de recrutement. De nombreuses offres d’emploi sont rédigées de telle manière qu’il est difficile de se sentir légitime pour postuler.  Le CEE demande, en conclusion de son étude, que l’ensemble des emplois vacants fassent l’objet d’une annonce et que les prérequis du poste soient plus ouverts.

Ce constat appelle à ouvrir et innover dans les modalités de recrutement afin de faciliter le rapprochement entre offre et demande d’emploi, de favoriser la rencontre entre candidats et recruteurs (que ce soit des rencontres directes ou par des intermédiaires de l’emploi).

La dernière étude du Lab’ho, think tank créé par le groupe Adecco, « Recruter, recrutez, recruté(e)s autrement » va dans ce sens, comme des initiatives mises en place par des entreprises, des acteurs du service public de l’emploi et des organisations qui s’impliquent sur ce champ de l’accès à l’emploi.  

 Quelques exemples :

  • La maison de l’emploi et de la formation de Lyon édite un guide RH à destination des recruteurs du territoire et notamment des petites entreprises qui n’ont pas de service dédié au recrutement, avec notamment des conseils pour rédiger une offre d’emploi.
  • Les CV vidéo permettent de valoriser la personnalité du candidat, sa motivation, au-delà de son diplôme et ses expériences, avec notamment www.facealemploi.tv
  • Emmaüs Connect forme des personnes en difficulté avec les outils numériques pour qu’ils soient en capacité de les utiliser.  
  • 100 Chances 100 Emplois facilite l’accès à l’emploi de jeunes en difficulté d’insertion professionnelle en leur ouvrant un réseau d’entreprises qui les accompagnent dans leurs démarches.

 Faciliter le rapprochement offre et demande au niveau des bassins d’emploi en créant des dynamiques de partenariat entre recruteurs, intermédiaires de l’emploi et acteurs de l’insertion, tel est le travail que nous menons avec les Fondations Accenture, Adecco et l’association Ashoka dans le cadre d’un Collectif pour l’Emploi sur le territoire du Grand Lyon. Evolem Citoyen vous informera des avancées de ces travaux dans les prochains mois.

Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !