Article repères mis à jour le 15 avril 2016 | Publié le 28 avril 2014

La dette publique / le déficit public / les dépenses publiques

Ces trois notions recouvrent différents aspects de l’état des comptes publics.

La dette publique : elle est constituée de l’ensemble des dettes de l’Etat résultant des emprunts que ce dernier a émis ou garantis. Elle s’élève à 2 100 Mds € en 2015, soit 95,7 % du PIB. Selon le programme de stabilité 2016-2019 présenté le 13 avril 2016 par le Gouvernement, la dette publique devrait atteindre un pic en 2017, elle s’établirait à 96,5 % du PIB.

Le déficit public : il recouvre le déficit de l’Etat, des régimes d’assurance chômage et des collectivités locales. En 2015, il représentait 3,5 % du PIB. Les prévisions du programme de stabilité sont de 3,3 % du PIB en 2016 et 2,7 % du PIB en 2017. Il correspond au différentiel entre les recettes et les dépenses.

Le déficit de l’Etat (= déficit budgétaire) s’élevait à 70,5 Mds € en 2015.

Rappel des critères européens : le déficit public ne doit pas dépasser 3 % du PIB et la dette publique ne doit pas excéder 60 % du PIB.

Les dépenses publiques : la part des dépenses publiques dans le PIB (hors crédit d’impôt) s’élevait à 55,3 % en 2015 (56,1 % en 2014). Les prévisions affichées sont : 54,6 % en 2016 et 54 % en 2017.

Les dépenses publiques en 2015 représentent 55,3 % du PIB (hors crédit d’impôt).

Derrière cette notion de dépenses publiques se retrouvent différents acteurs : l’Etat, les organismes de sécurité sociale (ASSO), les collectivités locales net administrations publiques locales (APUL) et les organismes divers d’administration centrale (ODAC).

En 2015, l’évolution globale des dépenses publiques est de + 0,9 %, avec des situations diverses selon ces 4 sous-secteurs des administrations publiques :

  • Baisse de 1,6 % pour l’Etat
  • Augmentation de 1,7 % pour les ODAC
  • Baisse de 1,3 % pour les APUL
  • Augmentation de 1,5 % pour les ASSO