Article Actualités publié le 24 décembre 2014

Stratégie Pôle Emploi 2015-2018

L’Etat, l’Unédic et Pôle Emploi ont signé le 18 décembre la nouvelle convention qui les lie pour les 4 prochaines années. Cette convention fixe les orientations stratégiques et les objectifs de Pôle Emploi. Elle devra être déclinée en plan d’action opérationnel.

L’Etat et l’Unédic interviennent dans la définition de la stratégie de Pôle Emploi en tant que principaux financeurs. En 2015, l’Etat versera une subvention de 1,5 Md € et l’Unédic apportera une contribution de 3,2 Md €.

convention-pole-emploi_actualites_24122014

Les orientations fixées s’inscrivent dans la continuité de la précédente convention (2012-2014) autour de 3 axes : personnalisation de l’accompagnement, renforcement du service aux entreprises et territorialisation de Pôle Emploi. L’objectif fixé à Pôle Emploi est d’améliorer la qualité du service rendu, que ce soit auprès des demandeurs d’emploi comme auprès des entreprises, par une plus grande proximité et une adaptation aux enjeux locaux.

Les principaux objectifs pour les 4 prochaines années

S’agissant de l’accompagnement des demandeurs d’emploi, Pôle Emploi devra améliorer la prise en charge avec un démarrage plus rapide de l’accompagnement. Ainsi, le premier entretien se tiendra au plus tard 4 semaines après l’inscription et se focalisera sur le diagnostic pour diriger le demandeur d’emploi vers l’accompagnement adapté. Pour permettre cela, deux évolutions sont prévues :

  • L’inscription et le calcul de l’indemnisation seront effectués avant ce premier entretien et à distance d’ici fin 2015 (par Internet).
  • Un outil sera mis à disposition des conseillers pour faciliter le diagnostic et l’orientation en s’appuyant sur des informations concernant le demandeur d’emploi et le marché du travail. La mise en place de cet outil est prévue pour  la fin du 1er trimestre 2016.

Par ailleurs, Pôle Emploi entend doubler d’ici fin 2017 le nombre de personnes accompagnées en mode intensif, soit 460 000 personnes in fine. L’accompagnement global, en lien avec les travailleurs sociaux des Conseils généraux pour les personnes cumulant chômage et difficultés sociales, se développera au rythme des signatures de convention dans les territoires.

700 conseillers se consacreront à l’accompagnement intensif vers l’emploi durable des jeunes. Sur ce point, le risque de confusion avec les missions locales a été pointé lors des débats budgétaires et de l’audition de Jean Bassères par la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. La convention se contente de préciser que Pôle Emploi s’occupera des jeunes qui rencontrent des problèmes d’insertion dans le marché du travail et les missions locales des jeunes qui cumulent difficultés d’insertion professionnelle et sociale. La nuance est fine, les risques de confusion restent réels.

Signature convention Unedic Pole Emploi

Afin d’améliorer la relation avec les entreprises, des équipes de conseillers spécialisés vont être créées, en charge de recueillir les offres d’emploi et d’accompagner les TPE et PME dans leurs projets de recrutement. La précédente convention se fixait déjà comme objectif de renforcer la prospection d’offres d’emploi. Mais selon l’évaluation menée par l’IGF (Inspection générale des finances) et l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales), les équipes sur le terrain ne se sont pas appropriés cette démarche. Il est donc intéressant de tester une nouvelle méthode, en dédiant des conseillers à cette tâche, ce qui supposera un travail de collaboration étroit avec les équipes en charge de l’accompagnement des demandeurs d’emploi.

Pôle Emploi entend également répondre à une autre critique récurrente concernant la lourdeur des procédures de dépôt d’offre d’emploi. Ainsi, celles-ci seront simplifiées, notamment en donnant la possibilité au recruteur de qualifier son offre en utilisant le langage commun et pas uniquement le référentiel ROME (ce référentiel a été établi par Pôle Emploi pour catégoriser les différents métiers) et en précisant les compétences utiles pour le poste.

Enfin, la convention fixe comme objectif à Pôle Emploi de poursuivre son travail de territorialisation. Il s’agit de permettre aux agences Pôle Emploi d’être au plus près des réalités locales, en renforçant les partenariats et conventions avec d’autres acteurs. Néanmoins, le rôle central de Pôle Emploi dans la mise en œuvre de la politique publique de l’emploi est conforté. La convention ne fait aucune mention des débats en cours au Sénat, dans le cadre de l’examen du projet de loi de réforme territoriale, sur l’implication plus forte des Régions dans la mise en œuvre de la politique publique de l’emploi.

Une évaluation et un suivi à améliorer

La mission d’évaluation de la précédente convention menée par l’IGF et l’IGAS déplore l’absence d’indicateurs de suivi concernant les partenariats et la prospection entreprises. A la lecture des indicateurs stratégiques figurant dans la nouvelle convention, il semble que ces préconisations n’aient pas été suivies.

Or s’agissant des partenariats avec les autres acteurs de l’emploi et de la formation, le suivi ne peut se baser uniquement sur la comptabilisation du nombre de conventions et protocoles signés à l’échelle nationale. Le vrai enjeu repose sur la mise en œuvre opérationnelle de ces partenariats sur le terrain, le repérage des dysfonctionnements et des bonnes pratiques. De même pour la mise en place des actions de prospection des offres d’emploi, notamment vis-à-vis des TPE et PME, il serait utile de pouvoir évaluer le travail des équipes dédiées et l’impact en termes de retour à l’emploi des chômeurs suivis.

Par ailleurs, la mission d’évaluation estime que les nouveaux dispositifs d’accompagnement mis en place en 2013 (en distinguant l’intensité de l’accompagnement en fonction de l’autonomie du demandeur d’emploi et de son éloignement du marché du travail) ne sont pas encore arrivés à maturité. Elle indique que ces modalités d’accompagnement ne sont pas suffisamment définies et qu’il est difficile d’en évaluer l’efficacité en termes de retour à l’emploi durable.

La nouvelle convention fixe une évaluation à mi-parcours fin 2016. Il serait souhaitable que cette étape intermédiaire permette de définir si besoin de nouveaux indicateurs afin de mesurer l’ensemble des actions mises en oeuvre dans le cadre de ce nouveau plan stratégique.

Participez à la réflexion
Sur nos réseaux sociaux !